Commune

Donnemarie-Dontilly

Cloître de Donnemarie Dontilly
Cloître de Donnemarie Dontilly
Donnemarie-Dontilly est le chef-lieu d’un canton de Seine-et-Marne qui recouvre un territoire original : Le Montois, région vallonnée et boisée. 31 juillet 1967 : naissance de Donnemarie-Dontilly, suite à la fusion des deux villages jusqu’alors séparés par l’Auxence.

Tél : 01 64 60 21 80

Fax : 01 64 01 31 98

Site internet

Courriel

Horaires : Du lundi au vendredi : 9h-12h / 15-18h
Samedi : 9h-12h (avec possibilité d'y consulter les cartes communales)

 

Maire : Sandrine SOSINSKI 

Adjoints : Jean-Claude BORZUCKI,Carine LETERRIER, Patrick MENEZ, Jacqueline CHEVILLARD, Raphael BEAULIEU et Julie BUOT

Gentilé : Donnemaritains

Population : 2 838 habitants

Repères historiques ...

31 juillet 1967 : naissance de Donnemarie-Dontilly, suite à la fusion des deux villages jusqu’alors séparés par l’Auxence.  
Les deux villages ont conservé leurs églises, cimetières et monuments aux morts. Ils avaient chacun des caractères propres : Donnemarie bourg commerçant, Dontilly nettement plus agricole. Cette opposition explique pourquoi la fusion a été si longue à réaliser... elle était à l’ordre du jour dès 1878.

A l’origine, à l’époque de Clovis (500) une route est ouverte entre Provins et Montereau-Fault-Yonne et des forts sont construits par des chefs de guerre, leurs fossés sont remplis par l’Auxence. Sous Dagobert (630) des moines obtiennent la concession de terres par des châteaux forts et construisent un couvent et une église près du château de Dom (Donnemarie). Sous Charlemagne (800) des maisons et des fermes sont construites par des serfs affranchis.
Le village est né !
En 876, il est érigé en seigneurie. Le château-fort de Dom-Tilly est construit vers 950.
En 1110, l’église de Dom dédiée à la Vierge devient paroissiale et le village paroisse de Dom-Marie puis Donna Maria in Montesio (Donnemarie en Montois).
En 1210, naît Simon, fils de Jean de Brion, Grand Maire de Donnemarie. Il devient le Pape Martin IV en 1281. Il préparera la canonisation de Saint-Louis.
Dom-Tilly deviendra Paroisse en 1489.
Au Moyen Age, le village est fortifié. Donnemarie est protégé par une muraille avec 20 tourelles, entourée de fossés profonds.
4 portes permettaient d’y entrer : Paris, Provins, Melun, Dontilly. Il ne reste que la Porte de Provins et les deux colonnes de la Porte de Paris (Rue de la Maladrerie).
En 1446, la Guerre de Cent ans va se terminer, mais les Anglais traversent la ville et y font « grands dégâts ». Moins
qu’à Mons-en-Montois cependant.
En 1775, un léger tremblement de terre secoue le Montois, avec des conséquences gravement dommageables.
En 1790, l’Assemblée Nationale crée les départements et les cantons. Donnemarie devient chef-lieu de canton.
En 1878, tentative avortée de « jumelage » entre Dontilly et Donnemarie.
25/27 août 1944 – Paris a été libéré la veille, mais un détachement de la sinistre division SS « Das Reich » rafle les hommes du village qui échappent de justesse à un massacre grâce à l’arrivée rapide des Américains à Montereau-Fault-Yonne, en entrant dans Donnemarie le 27 août. Le village est toujours fidèle et sensible à leur souvenir comme à celui des aviateurs anglais et canadiens du bombardier Lancaster crashé sur la côte de Mons, le 4 mai 1944.

 

Curiosités et vestiges ...

Avant le premier millénaire, Donnemarie-en-Montois fut protégée par d'importantes fortifications. Pas moins d'une vingtaine de tourelles et quatre portes en gardaient les issues, la Porte de Provins, celle de Melun, de la Maladrerie, enfin celle qui conduisait à Dontilly en traversant l'Auxence. Quelques tourelles subsistent encore.
Le village possède deux églises, deux mairies et deux monuments aux morts.

L'une des rues porte de nom de la Glacière

Quand il gelait fort en hiver, la glace était cassée sur la rivière puis charriée sur des tombereaux tirés par des chevaux. La glacière pouvait contenir 60 à 80 tombereaux de glace. Pendant le transfert de la glace, celle-ci était arrosée d'eau bouillante afin de ne former qu'un seul bloc qui pouvait se conserver toute une année et être utilisé au fur et à mesure des besoins. La glacière était exposée au nord dans une pente. A Donnemarie-Dontilly, une famille en possède encore une. Elle se présente comme un tunnel en pente d'environ 6 mètres de long sur 2 mètres de large avec un plafond voûté en brique.

La Halle de brique à l'angle de rue Marie-Chaubart et de la rue Cottereau  avec sa charpente en bois de châtaignier de l'ancienne halle aux grains.

En vous promenant sur le boulevard de l'Auxence, en face du square Deberdt, se trouve l'ancien château de Donnemarie-en-Montois, qui faisait partie des anciennes fortifications, a été le siège d'une distillerie où était fabriquée une liqueur de cassis très appréciée. Le château a été entièrement reconstruit.

 

Sur le boulevard d'Haussonville, la maison « les Ibis » a été construite vers 1790. Son nom est dû au dieu égyptien Thot, à tête d'ibis, car il a inventé la médecine. Depuis 1924, elle a été occupée par cinq médecins différents.

Un type de construction très rare en France : l'ensemble église-cloître

L'église Notre-Dame de l'Assomption fut construite à la fin du XIIe et au XIIIe siècle. De chaque côté de la nef se trouvent des vaisseaux qui se finissent en absides. L'ensemble est soutenu par des contreforts et des arcs-boutants.

Elle possède deux portails, au sud, le tympan représente la Vierge Marie encadrée par deux anges, à l'ouest, les statues-colonnes furent martelées sous la Révolution. Dans son clocher, dont le coq culmine à 60 m de hauteur, trois cloches rythment la vie des donnemaritains : Marie-Gabrielle, Joséphine-Pauline, et la plus petite, Désirée-Bernardine, toutes trois baptisées le 6 septembre 1874. La grande rose constituée de médaillons a été restaurée ainsi que le tableau représentant St Paul touché par la grâce.

 Le cloître est devenu un jardin médiéval qui a pour thème « la vie et la mort ». Douze rectangles évoquent à la fois les douze apôtres et les douze mois de l'année.

Reconstitué par Christophe Grunenwald, sur l'ancien cimetière délimité par la galerie conduisant à la chapelle funéraire de Ste Quinette, il comporte des plantes médicinales et aromatiques. Le nombre quatre y est présent, celui des saisons, des éléments, des évangélistes ; dans l'intersection de ses allées centrales, on peut y voir la croix du Christ mais aussi l'idée antique des quatre fleuves du Paradis. Dans le rectangle central dont la balustrade est de chêne et de châtaignier, l'angélique côtoie la petite pervenche et le lis. Les graines des larmes de Job étaient utilisées pour confectionner les chapelets. Respirez les parfums du romarin, de la lavande, des roses et du fenouil. Découvrez la sculpture sur bois dans un angle au-dessus de vos têtes, dans cette galerie classée monument historique tout comme l'église.

Vestiges de l'histoire de l'école publique

L'ancienne école des filles est située dans la rue des écoles. Avant 1880, peu de communes possèdent des écoles de filles. Grâce à Jules Ferry, trois lois vont instaurer l'école gratuite en 1881, l'école obligatoire en1882 et l'école laïque en 1886.

Rus, puits, moulins et lavoirs

La rivière de l'Auxence qui prend sa source à la mare Gigot à Sognolles-en-Montois, puis se nomme Vieille Seine  avant de rejoindre la Seine à la Tombe, elle traverse Donnemarie-Dontilly où, entre autres,  les rus de Laval, du Moulin, de Bescherelles et de Chalautre la rejoignent. De nombreux puits à treuil ou à poulie jalonnent le village :avec l'exemple du puits monumental à girouette de la place du Marché. La rue du moulin à Tan rappelle que les tanneurs étaient nombreux au Moyen Âge. Le moulin à Tan  appelé aussi le moulin d'en-haut, possède encore ses bassins de décantation. L'un des lavoirs, témoins du passé, situé à l'angle de la rue de la porte de Melun et de la rue Radepont. Au hameau de Laval existait autrefois une tuilerie et un couvent de nonnes.

Le four à chaux de Donnemarie-Dontilly

Datant du XIXe siècle, est visible de la Vieille Route de Mons. Il est inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques.

L'étage inférieur et les fours à chaux, enterrés dans la butte, sont encore intacts, ainsi que le pignon surmonté d'un fronton de briques. Les carrières de chaux étaient nombreuses autour du village, ce matériau était utilisé pour enduire les façades et les murs des maisons traditionnelles.

L’église Saint-Pierre et Saint-Paul

L’église de grès de Dontilly s'élève sur la Butte Saint-Pierre, qui a été précédemment occupée par une implantation gallo-romaine, puis par un château médiéval. Elle devient église paroissiale en1589. Elle comporte une tour-porche construite au début du XIe siècle, percée de baies en plein cintre au premier niveau. Le choeur ouvre sur une nef de quatre travées, édifiée au cours du XVIe siècle ; sa construction ne semble pas antérieure à 1550 comme l'attestent les arcs brisés et les chapiteaux doriques qui surmontent les piles. Elle est classée Monument Historique en 1930.

Si l'église a perdu tout son mobilier, elle conserve une cloche fondue par le fondeur de Notre-Dame de Paris. Désormais désaffectée, une association s'est constituée en 2009 afin d'aider à sa remise en état pour y accueillir concerts et manifestations.

Aujourd'hui, la Communauté de communes investit dans ce bâtiment pour qu'il deviennent le Pôle Culturel Bassée-Montois!
Le Chantier en image, ici.

Enfin chaque rue, chaque maison de Donnemarie-Dontilly possède sa propre histoire :

C'est en vous promenant dans le village, en interrogeant les habitants, en allant chercher des ouvrages dans la bibliothèque municipale ou y consulter les cartes postales anciennes que vous découvrirez la richesse de notre cité à votre rythme.

Sources : le site internet de la Commune (avec plus d'information)

Télécharger les randonnées

En ce moment